OBJECTIFS DU MILLENAIRE

Les Objectifs du millénaire pour le développement


1. Présentation des Objectifs du millénaire pour le développement Retour à la table des matières

- La Déclaration du millénaire (2000) fixe les huit Objectifs du millénaire pour le développement

Le texte fondateur des Objectifs du millénaire pour le développement est la Déclaration du millénaire adoptée le 8 septembre 2000, lors de l’ouverture de la 55ème session de l’Assemblée générale des Nations unies. Cette déclaration vise à construire un monde meilleur et plus sûr pour le XXIe siècle, un monde plus pacifique, plus prospère et plus juste, uni par les valeurs communes que sont la liberté, l’égalité, la solidarité, la tolérance, le respect de la nature et le partage des responsabilités.

De cette déclaration découlent les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) que les 191 États alors membres des Nations unies se sont engagés à réaliser d’ici le 31 décembre 2015 :

— 1. Éliminer l’extrême pauvreté et la faim
— 2. Assurer l’éducation primaire pour tous
— 3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
— 4. Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans
— 5. Améliorer la santé maternelle
— 6. Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies
— 7. Assurer un environnement durable
— 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

A chaque objectif correspond une ou plusieurs cibles spécifiques (21 au total), ainsi que des indicateurs économiques et sociaux qui permettent d’assurer le suivi des progrès réalisés jusqu’en 2015.

- Le Sommet mondial (septembre 2005) dresse un premier bilan d’étape

Le  » Sommet mondial « , qui s’est tenu à New York du 14 au 16 septembre 2005 et coïncidait avec le 60ème anniversaire de l’ONU, a réuni plus de 170 Chefs d’Etat et de Gouvernement.

Il fut notamment l’occasion de faire le point sur les progrès réalisés dans les Objectifs du millénaire pour le développement, au tiers du parcours (2000-2015). Dix ans avant la date fixée pour la réalisation des OMD, les résultats apparaissaient inégaux. Des progrès avaient été accomplis, en particulier dans les domaines de l’accès à l’eau potable, l’augmentation de l’espérance de vie, la diminution de la mortalité infantile. Cependant, de fortes disparités persistaient. Ainsi, si l’Asie était en bonne voie, notamment grâce aux pays qui connaissent une croissance soutenue (Chine, Inde), la plupart des pays d’Afrique sub-saharienne souffraient encore d’une croissance insuffisante et n’atteindraient pas les objectifs d’ici à 2015 sans un soutien accru de la communauté internationale.

- Réunion de haut niveau sur la réalisation des OMD (septembre 2008)

Le 25 septembre 2008, le Secrétaire général des Nations unies et le président de l’Assemblée générale ont convoqué une réunion de haut niveau sur la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). La réunion de haut niveau a servi de forum aux dirigeants internationaux afin d’examiner les progrès accomplis, identifier les lacunes et s’engager à prendre des mesures concrètes et trouver les ressources et mécanismes nécessaires pour les combler.

Assemblée générale, septembre 2008- réunion de haut niveau sur la réalisation des OMD                                           (Crédit photo : Marco Castro)

-  Sommet sur les OMD (septembre 2010)

Le Sommet a eu lieu les 20, 21 et 22 septembre 2010. Il a constitué une étape cruciale dans le suivi des progrès réalisés vers les Objectifs du millénaire pour le développement.

Il a été annoncé à cette occasion que la France, deuxième contributeur mondial au Fonds mondial pour la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, augmenterait sa contribution de 20% (la portant à 1,08 milliards d’euros sur la période 2011-2013). A également été défendue l’idée de financements innovants pour la lutte contre la pauvreté, pour l’éducation et pour la résolution des grands problèmes sanitaires de l’Afrique, notamment sous la forme d’une taxation sur les transactions financières.

Le Secrétaire général avait annoncé le 23 juin 2010 la composition d’un groupe d’éminentes personnalités (« Advocacy Group ») chargé de mobiliser le soutien des parties au Sommet de septembre 2010. Le groupe, présidé par M. José Luis Zapatero, Premier ministre d’Espagne et M. Paul Kagame, président du Rwanda, comprenait, entres autres, M. Philippe Douste-Blazy, ancien ministre français des Affaires étrangères et Conseiller spécial du Secrétaire général sur les financements innovants.

2. Échéance de 2015 : où en sommes-nous ? Retour à la table des matières

Nous pouvons faire état de grands progrès dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement.

Pour la première fois depuis que les tendances de la pauvreté ont commencé à faire l’objet d’un suivi, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté extrême ainsi que les taux de pauvreté ont décliné dans toutes les régions en développement, y compris en Afrique subsaharienne, où les taux sont les plus élevés. Des estimations préliminaires montrent que le taux mondial de pauvreté à 1,25 dollar par jour est passé en 2010 à moins de la moitié du taux de 1990. Si ces résultats sont confirmés, la première cible des Objectifs du millénaire pour le développement, qui est de réduire le taux de pauvreté extrême à la moitié de son niveau de 1990, aura été atteinte au niveau mondial avant 2015.

Le monde a atteint la cible consistant à réduire de moitié la proportion des personnes n’ayant pas accès à l’eau potable. Entre 1990 et 2010, plus de deux milliards de personnes ont bénéficié d’un accès à des sources améliorées d’eau potable, telles que l’eau courante dans les habitations et les puits protégés.

La parité entre filles et garçons dans l’éducation primaire a été atteinte grâce aux efforts nationaux et internationaux. Bien plus d’enfants dans le monde sont inscrits à l’école dans le cycle primaire, surtout depuis 2000, et les filles sont celles qui en ont bénéficié le plus.

Le progrès pour réduire la mortalité infantile s’accélère. L’accès au traitement pour les personnes vivant avec le VIH s’est accru dans toutes les régions mais la cible d’un accès universel n’a cependant pas été atteinte. Le monde est sur la bonne voie pour atteindre la cible qui consiste à réduire de moitié et commencer à inverser la progression de la tuberculose. Enfin, les décès dus au paludisme ont diminué mondialement.

Voir le tableau des progrès par Objectifs des Nations unies (2012).

Cependant, ces progrès sont insuffisants et inégaux.

Les réalisations ont été inégalement réparties tant au plan international que national. L’emploi précaire, par exemple, a peu diminué en vingt ans. Il y a eu des améliorations importantes de la santé maternelle et de la réduction de la mortalité maternelle, mais la progression est encore lente.

L’utilisation de sources améliorées d’eau potable demeure moins élevée dans les régions rurales que dans les régions urbaines. Près de la moitié de la population dans les régions en développement, soit 2,5 milliards d’individus, n’a pas encore accès à des installations sanitaires améliorées.

La faim reste un défi mondial. Les estimations les plus récentes de la FAO portant sur la sous-alimentation ont évalué à 870 millions le nombre de personnes dans le monde ayant souffert de la faim durant la période 2010/2012, soit un être humain sur huit.